Les Ami.es de François de Ravignan

Rencontres 2019 : 31 octobre et 1er novembre avec Pinar Selek

Les ami.es de François de Ravignan ont reçu, pour les Rencontres de cette année, Pinar Selek, le 31 octobre et le 1er novembre à Alet-les-Bains. Nous laissons ci-dessous les informations concernant ces journées. Nous diffuserons prochainement un compte-rendu.

Pinar est une femme turque, sociologue, écrivaine, militante antimilitariste, féministe et libertaire. Aujourd’hui exilée en France, elle est surtout connue pour la répression dont elle est victime depuis plus de 20 ans de la part de la justice turque. Mais elle continue son combat pour décloisonner les luttes contre toutes les formes de dominations et ouvrir des voies créatives vers une autre société. Elle est engagée auprès des mouvements féministes, d’aide aux migrants, libertaires, antimilitaristes, anticapitalistes…

Dans cet esprit de décloisonnement, nous vous invitons à une soirée débat, le jeudi 31 octobre à la salle des fêtes d’Alet-les-Bains, et à une journée de débats le vendredi 1er novembre, à Alet également.

Le programme :

jeudi 31 octobre :

dès 18h00 : accueil et rencontre des partenaires autour des stands (librairie Mot&cie, Cimade, infokiosque, les Amis du Monde Diplomatique, librairie des ami.es de François, Silence, RESF et plus…)

à partir de 19h : repas partagé (buvette sur place)

à 20h30 : conférence de Pinar Selek sur la thématique

vendredi 1er novembre :

Une journée de débats sous forme d’ateliers ayant pour objectif de faire émerger des propositions concrètes et créatives…

dès 9h30 : présentation des journées de François de Ravignan, ainsi que des 4 divers ateliers :

  • Atelier 1 : la peur, ses multiples visages ; entraves à l’action collective ?

  • Atelier 2 : convergences des luttes : expérience des gilets jaunes

  • Atelier 3 : peur et violences d’Etat, exemples de la Turquie et d’ici

  • Atelier 4 : les hommes et leur peur des femmes

10h30 : mise en place des ateliers

à partir de 12h30 : repas à prix libre + buvette

14h : lectures et recueil de témoignages de migrant.es

15h : restitution des ateliers (15 min chacun)

16h : pause et surprises

16h30 : grand débat en plénière

à partir de 19h30 : repas à prix libre + buvette

pour la soirée : chants militants, antimilitaristes, féministes avec les chorales révolutionnaires de la Haute vallée, Perpignan et Toulouse.
Et poursuite des échanges et rencontres..

Possibilité selon la dynamique que va générer ces échanges, de continuer samedi matin afin de prendre le temps de se retrouver et d’aller plus loin autour des propositions concrètes qui auront émergé…

Co-voiturage, jeudi : https://www.covoit.net/evenement.html?id=213751n9h00929xfdhmo3oleb

Vendredi : https://www.covoit.net/evenement.html?id=2145400gz60929n2n8uhrnlln

Hébergement militant : contacter Lou au 06 76 17 26 21.

* * * * *

Nous avons lu le livre récent sur elle (« L’Insolente. Dialogues avec PInar Selek », par Guillaume Gamblin, Ed. Cambourakis et Silence) et de toute évidence nous échangerons avec elle sur les différentes dominations puisque c’est le fil central de son combat. politiques en Europe ?

Afin de mieux découvrir Pinar,

à lire, sur Mediapart

 à écouter :

Rencontre avec Pinar Selek

Youtube

* * * * *

Les programmes des Rencontres, de 2012 à 2018

Voir les programmes.

* * * * *

Les Rencontres 2018 ont eu lieu le 9 novembre

Le pouvoir local nous échappe, on s’en fout ?

D’ordinaire, les Rencontres des Ami-e-s de François de Ravignan se déroulent sur un week-end, mais cette année, en partie du fait des inondations et de la mobilisation qu’elles ont engendrée, nous avons décidé de les réduire à la première soirée, qui a été dense néanmoins !
Voir le compte-rendu

* * * * *

Pourquoi les Journées de François ?

Tout de suite après le décès de François de Ravignan, en juin 2011, un groupe de ses ami(e)s a voulu poursuivre dans la lignée qu’il avait impulsée1. Il y avait alors bien plus qu’un moment d’émotion dans ce contexte particulier. Les journées qui ont suivi, maintenant pendant quatre années consécutives, et les actes qui en sont issus prouvent bien qu’il y a quelque chose de plus que nous tenterons de définir à l’aune de ce que François a imprimé dans nos cœurs et nos intelligences.

1ère rencontre fdr 2

Nous sommes toujours sensibles à son courage qui lui faisait dénoncer le productivisme triomphant avec ses rendements, ses dividendes, son industrialisation à marche forcée, le développement et le culte voué à la croissance aveugle.

Il était un pédagogue efficace et nous apprenions avec lui l’histoire de notre pays, la flore, l’architecture rurale, les moulins, les terrasses, les bergeries en ruine, les vieux chemins, les ruelles, les granges ; toutes ces œuvres humaines encore apparentes nous racontent des vies, des possibles et des impossibles. Il fit parcourir à des centaines de personnes nos campagnes et nos villages à travers des « études de paysages ». La reconnaissance de cette histoire agraire et rurale ainsi que cette critique fondamentale du productivisme ont donné sens aux choix de jeunes agriculteurs et de « néo-ruraux » qui, dès les années 70, ont tenté de résister à l’exode paysan et parfois même de revenir sur des terres abandonnées ou dans des maisons en ruine.

Suspecté d’utopie et donc peu pris au sérieux par les tenants d’une pensée dominante, François n’a eu de cesse de réhabiliter ces néo-ruraux, ces petits paysans, qu’ils soient d’ici ou de l’autre bout du monde. Il nous a convaincus qu’ils étaient porteurs d’espoir pour une humanité en détresse qui voit tristement aujourd’hui les résultats d’un siècle de développement matérialiste.

François de Ravignan, c’est plus qu’une cervelle bien pleine, bourrée de culture et de savoir scientifique, c’est aussi un cœur qui ne supporte pas les formes d’exclusion, l’injustice, la chose à moitié faite; il est toujours sensible à la peine, et c’est là qu’il nous touche même si cette interpellation reste dans le secret de nos cœurs. Son état d’esprit nous invite à trouver notre état d’esprit.

Les thèmes retenus jusqu’ici font état de notre souci qui donne suite au sien.

A travers ceux des Rencontres 2014, par exemple, des acteurs de terrain démontrent que des alternatives sont possibles dans le domaine de la construction, de la restauration de la filière laine, la création d’une chambre d’agriculture par des représentants du monde agricole et à son écoute, la coopérative intégrale toulousaine ou encore l’action au niveau d’une municipalité. L’ouverture de nos problématiques locales à la mondialisation s’illustre par exemple à travers le traité transatlantique. Et en 2015 nous avons parlé de notre mode de croissance, de l’effondrement probable qu’il entraîne, des réponses à y apporter. Tels nous semblent être les thèmes dont François se serait emparé avec vigueur. Ils sont les nôtres aujourd’hui.

we François 6_13

 

Contact de l’association :

(Les Ami.es de François de Ravignan est un groupe de personnes réunies dans l’esprit associatif mais de façon informelle.)

L’Ortie, Lasserre du Moulin, 11260 Saint-Jean-de-Paracol, Tél : 04 68 20 36 09, lortie@wanadoo.fr

1) Juillet 2012 à Castillou, Luc-sur-Aude : Quel héritage et avec qui ? Juin 2013, Camps-sur-l’Agly : De l’exclusion en milieu rural aux alternatives. Novembre 2014 Greffeil : La relocalisation, quelle nécessité et comment recentrer l’activité dans les campagnes ? Novembre 2015, Luc-sur-Aude et Greffeil : Trouver des alternatives à la crise. Novembre 2016, Serres et Greffeil : Courants alternatifs pour une « crise » multiple. Novembre 2017, Luc-sur-Aude et Greffeil : Partager ? Enfin partager… Novembre 2018, Limoux, Le pouvoir local nous échappe, on s’en fout ?